Au bois de Boulogne, une “mafia” terrorise les prostituées

Par AFP , publié le 30/08/2018. Depuis le meurtre de Vanesa Campos, les travailleuses du sexe vivent dans la peur. Cinq des agresseurs présumés de Vanessa ont été mis en examen.

Le spot aveuglant de sa camionnette blanche fatiguée perce la canopée: au bois de Boulogne, Romina, prostituée trans équatorienne, attend dans la «peur» le client, devenu rare depuis deux semaines et le meurtre de sa «compañera» Vanesa Campos, commis «par une mafia».

«Ce fut une nuit horrible», se souvient-elle, 38 ans, dont la longue chevelure noire boucle jusque sur son opulente poitrine. Ce jeudi 16 août, route du Pré Catelan, à une centaine de mètre du huppé Lagardère Paris Racing, plusieurs détonations déchirent l’air aux alentours de 23 heures.  

Vanesa, une travailleuse du sexe péruvienne de 36 ans, s’époumone : «Chicas todas !» («toutes les filles !»), le cri de ralliement de ces prostituées sud-américaines dès qu’un problème survient. La jeune femme est retrouvée peu après agonisante près de son abri de fortune, quelques draps tendus dans un bosquet à la végétation chaotique. 

La suite ici…